« Monsieur Madame », pour se sustenter, boire un verre, être bien !
15 Jan
2019

A un jet de pierre de l’Etoile, vient d’ouvrir un nouveau restaurant qui allie restauration, boutique façon souk et salon Privilège. Il y fait bon vivre.
Didier et son épouse Bérangère Lacombe, après divers métiers, ont repris et transformé à leur goût cet établissement sis à l’angle de l’avenue des Ternes et de la rue des Acacias. Un bel emplacement au cœur du XVII e arrondissement agréable, très visible d’où se détache en lettres style année trente, Monsieur et Madame.

Ils ont chiné eux-même tables, chaises, lampes, accessoires…voulant développé un style très perso, surtout chaleureux où l’on puisse laisser s’écouler tranquillement le temps devant un cocktail, une tasse de chocolat, un petit noir serré ou un plat parfumé !

Une cuisine plaisante et parfumée


La cuisine justement, à la fois simple et abondante, concoctée avec amour par le chef Benjamin Boulot rappelle celle des bistrots : croustillant de chèvre, hareng concombre, soupe de saison, endives au roquefort, faisselle mâche…pour les entrées.
Les plats déclinent leur saveur gourmande : églefin aux fèves et petits pois tout frais et à cuisson parfaite du poisson ! Poulet vapeur, escalope de saumon sur lit de poireaux, brandade-mesclun, sole meunière, choucroute de poissons, tartare de bœuf..

Enfin, après une assiette de fromages, vous craquerez pour un mille feuille Monsieur Madame, un fondant au chocolat, un crumble fruits rouges…
Le service est rapide, souriant, agréable !

Une fois l’appétit assouvi, montez donc au premier vous distraire et faire quelques shopping : tasses amusante, lampes design, chandail en mohair, objets de décoration variés…facile pour prévoir un petit cadeau de week-end !

Mais ce restaurant a encore des surprises à dévoiler comme ce service ultra pratique de conciergerie à la disposition des clients : une tache sur sa cravate, un bouton à recoudre, une adresse dans Paris à trouver..

Compétence et diligence pour vous satisfaire !

Bref, outre que l’on peut privatiser une salle pour un anniversaire ou une fête, ce restaurant à la cuisine fraiche et ensoleillée saura vous régaler !

Monsieur Madame, 35 av des Ternes 75017 tel : 01 83 95 06 10, de 7h à 2h du matin.

Et oui, prenez soin de votre âme, elle vous sauvera !
15 Jan
2019

 

Un ouvrage unique, dense, exigeant, précieux qu’il s’agit de lire fissa pour remettre dans l’axe corps, esprit et âme. Et ainsi, repousser ces maladies psychiques et spirituelles qui nous coupent de l’essence même de notre être : la vie en Dieu.

Médecin, biologiste, psychanalyste, Jean-Ghilhem Xerri a commis cet ouvrage fondamental, d’après son expérience de thérapeute au prés de patients atteints de divers maux : dépression, addictions, obésité, mal être généralisé…

Le Dr Xerri commence son ouvrage par nous poser cette question si simple et si compliquée « qu’est ce que l’homme ? » Et de remonter le temps, la première figure : l’homme antique définit par le grec Aristote qui le premier pensa «  l’homme, un animal rationnel  ». Puis vint « l’homme classique » au XVIIe siècle, celui-ci, selon Galilée, Descartes puis Newton, fait la distinction réelle de nature entre l’âme et le corps. « L’homme moderne » au XIX et XX e siècle, issu du structuralisme se définit par ses déterminismes internes ou externes. la psychanalyse inventée par Freud et l’approche systémique modèlent un homme de moindre densité qui va laisser la place à l’homme neuronal. Ce dernier, à partir de la fin du XXe siècle, est un simple vivant, un animal comme les autres ! Il semble vouloir s’épanouir vers des programmes de robotisation et de transhumanisme, immergé dans le numérique, se dirigeant vers les thérapies cognitives et comportementales.

Un homme coupé de son intériorité

Ce postulat posé, Jean-Ghilhem Xerri prend de la hauteur pour constater la souffrance actuelle de ses congénères : l’homme réduit, par sa propre responsabilité, à deux composantes le corps et l’âme, se coupe donc de son intériorité. De par sa vision partielle de lui-même, il développe toute sorte de troubles, conséquence d’une société basée sur l’hyper-consommation, une société dépressive, une société qui prône voyages incessants, superficialité, culte vain de son corps…

Narcissisme, perte du sens de la vie, manque d’exigence conduisent tout naturellement l’homme vers la vanité, l’acédie ou paresse spirituelle, vers l’avidité alimentaire, sexuelle, matérielle…

La solution et même la guérison : décider de vivre en trois dimensions avec son corps, son âme et son esprit.

« La vraie révolution, précise l’auteur de l’ouvrage, serai de décider de ne rien acheter ou consommer pendant quelques temps. De vivre dans la sobriété, se contenter de ce dont on a besoin pour se nourrir, se vêtir. D’apprendre à dire non aux sollicitations incessantes. » Sagesse et bon sens.

Grâce à ce livre, vrai mode d’emploi pour aller mieux et même bien, il suffit, selon nos maitres, les Père de l’Eglise au IV e siècle, de changer modestement de vie, à notre mesure. Etre vigilant, être attentif à soi-même pour contrôler ses pensées, ne garder que les bonnes ! Être sobre dans sa vêture comme dans sa nourriture. Dans cette recherche d’aligner corps-âme-esprit, Jean-Ghilhem Xerri préconise, à l’instar des Père de l’Eglise, l’hospitalité. Vivre la charité, le sens de l’autre, l’ouverture. Tout ceci n’est possible que dans la prière, descendre dans son « moi profond » car « la prière est le médicament du salut ». « La guérison est d’ordre spirituel et non pas mental » précise t’on..

Pour nous aider dans cette recherche d’alignement, l’auteur nous propose des petits intermèdes très concrets pour réfléchir, assimiler, intérioriser les chapitres lus et les mettre en pratique dans le calme de sa maison…

Bref, ce livre bien compris peut sauver les hommes en souffrance. Fruit d’un gros travail de recherche et de consultations, il est une vraie planche de salut pour tous, croyants comme athées. Car tout le monde a une âme !

« Prenez soin de votre âme, petit traité d’écologie intérieure,  » Jean-Ghilhem Xerri, 20 € Cerf

Et oui, prenez soin de votre âme, elle vous sauvera !
11 Jan
2019

Un ouvrage unique, dense, exigeant, précieux qu’il s’agit de lire fissa pour remettre dans l’axe corps, esprit et âme. Et ainsi, repousser ces maladies psychiques et spirituelles qui nous coupent de l’essence même de notre être : la vie en Dieu.

Médecin, biologiste, psychanalyste, Jean-Ghilhem Xerri a commis cet ouvrage fondamental, d’après son expérience de thérapeute au prés de patients atteints de divers maux : dépression, addictions, obésité, mal être généralisé…

Le dr Xerri commence son ouvrage par nous poser cette question si simple et si compliquée « qu’est ce que l’homme ? » Et de remonter le temps, la première figure : l’homme antique définit par le grec Aristote qui le premier pensa «  l’homme, un animal rationnel  ». Puis vint « l’homme classique » au XVIIe siècle, celui-ci selon Galilée, Descartes puis Newton, fait la distinction réelle de nature entre l’âme et le corps. « L’homme moderne » au XIX et XX e siècle, issu du structuralisme se définit par ses déterminismes internes ou externes. la psychanalyse inventée par Freud et l’approche systémique modèlent un homme de moindre densité qui va laisser la place à l’homme neuronal. Ce dernier, à partir de la fin du XXe siècle, est un simple vivant, un animal comme les autres ! Il semble vouloir s’épanouir vers des programmes de robotisation et de transhumanisme, immergé dans le numérique, se dirigeant vers les thérapies cognitives et comportementales.

Un homme coupé de son intériorité

Ce postulat posé, Jean-Ghilhem Xerri prend de la hauteur pour constater la souffrance actuelle de ses congénères : l’homme réduit, par sa propre responsabilité, à deux composantes le corps et l’âme, se coupe donc de son intériorité. De par sa vision partielle de lui-même, il développe toute sorte de troubles, conséquence d’une société basée sur l’hyper-consommation, une société dépressive, une société qui prône voyages incessants, superficialité, culte vain de son corps…

Narcissisme, perte du sens de la vie, manque d’exigence conduisent tout naturellement l’homme vers la vanité, l’acédie ou paresse spirituelle, vers l’avidité alimentaire, sexuelle, matérielle…

La solution et même la guérison : décider de vivre en trois dimensions avec son corps, son âme et son esprit.

« La vraie révolution, précise l’auteur de l’ouvrage, serai de décider de ne rien acheter ou consommer pendant quelques temps. De vivre dans la sobriété, se contenter de ce dont on a besoin pour se nourrir, se vêtir. D’apprendre à dire non aux sollicitations incessantes. » Sagesse et bon sens.

Grâce à ce livre, vrai mode d’emploi pour aller mieux et même bien, il suffit, selon nos maitres, les Père de l’Eglise au IV e siècle, de changer modestement de vie, à notre mesure. Etre vigilant, être attentif à soi-même pour contrôler ses pensées, ne garder que les bonnes ! Être sobre dans sa vêture comme dans sa nourriture. Dans cette recherche d’aligner corps-âme-esprit, Jean-Ghilhem Xerri préconise, à l’instar des Père de l’Eglise, l’hospitalité. Vivre la charité, le sens de l’autre, l’ouverture. Tout ceci n’est possible que dans la prière, descendre dans son « moi profond » car « la prière est le médicament du salut ». « La guérison est d’ordre spirituel et non pas mental » précise t’on..

Pour nous aider dans cette recherche d’alignement, l’auteur nous propose des petits intermèdes très concrets pour réfléchir, assimiler, intérioriser les chapitres lus et les mettre en pratique dans le calme de sa maison…

Bref, ce livre bien compris peut sauver les hommes en souffrance. Fruit d’un gros travail de recherche et de consultations, il est une vraie planche de salut pour tous, croyants comme athée. Car tout le monde a une âme !

« Prenez soin de votre âme, petit traité d’écologie intérieure,  » Jean-Ghilhem Xerri Cerf