Miracle en Alabama : bouleversant !
23 Fév
2018

1887 en Alabama, une jeune-fille sourde, muette et aveugle, élevée dans une indulgence confinant au laisser-aller, malgré l’amour de ses parents, va être prise en main par une institutrice psychologue et obstinée. Un jeu des acteurs émouvant et d’une grande puissance .


Helen Keller, une histoire connue basée sur des faits vrais, est écrite ici avec à la fois une économie et une sobriété de décor et une sensibilité extraordinaire qui nous fait nous émouvoir souvent, sourire parfois, rejoindre toujours le travail des comédiens.

Déja le cialis 20mg drame apparent du handicap sensoriel d’Helen nous touche, la voir vivre au milieu de ses parents dans l’adoration, sa tante béate et son frère beaucoup plus circonspect et critique. La voir, chien fou ou cheval échappé, picorer sans règle dans les assiettes de tous, réclamer une douceur, pleurer et exiger menée par ses caprices, nous interpellent. L’arrivée d’Annie Sullivan va bousculer la donne. Son but est multiple: la rééduquer au vivre-ensemble dans l’harmonie et la discipline, loin de toute pitié ; lui apprendre les clés de la communication par le travail et l’apprentissage exigeant, loin de toute résignation.

Helen est très intelligente ce qui complique les choses, on assiste, médusé, à un vrai combat psychologique et physique, poignant, entre le maitre et l’élève, aucune ne voulant céder. Miss Sullivan est merveilleuse d’attention, d’affection et de finesse pour aider Helen dans la langue des signes. Celle-ci résiste autant qu’elle peut, vrai bras de fer, d’une grande intensité, jusqu’à ce qu’elle comprenne enfin qu’un objet porte un nom : le déclic de la compréhension arrive brutalement, Helen est révélée à elle-même, nous en restons bouleversés. Car le processus est si habilement mené par l’écriture de la pièce par William Gibson, les acteurs sont si justes dans leurs émotions, leurs échanges, l’humour sous-jacent. La mise en scène sert à merveille la pièce avec un tulle marquant la séparation des personnages, les costumes sont marqués par un style fin XIXe et la musique originale.
Bref, ce spectacle est remarquable, il faut courir l’admirer.


Miracle en Alabama, théâtre La Bruyère, du mardi au samedi 21 h, matinée samedi 14h30 h, 5 rue La Bruyère 75009 Paris. Tel : 01 48 74 76 99.

Avec Valérie Alane, Julien Crampon, Stéphanie Hédin, Marie-Christine Robert, Pierre Val et dans le rôle d’Helen en alternance Lilas Mekky et Clara Brice.