Archives du mot-clé Cuisine

« Monsieur Madame », pour se sustenter, boire un verre, être bien !
15 Jan
2019

A un jet de pierre de l’Etoile, vient d’ouvrir un nouveau restaurant qui allie restauration, boutique façon souk et salon Privilège. Il y fait bon vivre.
Didier et son épouse Bérangère Lacombe, après divers métiers, ont repris et transformé à leur goût cet établissement sis à l’angle de l’avenue des Ternes et de la rue des Acacias. Un bel emplacement au cœur du XVII e arrondissement agréable, très visible d’où se détache en lettres style année trente, Monsieur et Madame.

Ils ont chiné eux-même tables, chaises, lampes, accessoires…voulant développé un style très perso, surtout chaleureux où l’on puisse laisser s’écouler tranquillement le temps devant un cocktail, une tasse de chocolat, un petit noir serré ou un plat parfumé !

Une cuisine plaisante et parfumée


La cuisine justement, à la fois simple et abondante, concoctée avec amour par le chef Benjamin Boulot rappelle celle des bistrots : croustillant de chèvre, hareng concombre, soupe de saison, endives au roquefort, faisselle mâche…pour les entrées.
Les plats déclinent leur saveur gourmande : églefin aux fèves et petits pois tout frais et à cuisson parfaite du poisson ! Poulet vapeur, escalope de saumon sur lit de poireaux, brandade-mesclun, sole meunière, choucroute de poissons, tartare de bœuf..

Enfin, après une assiette de fromages, vous craquerez pour un mille feuille Monsieur Madame, un fondant au chocolat, un crumble fruits rouges…
Le service est rapide, souriant, agréable !

Une fois l’appétit assouvi, montez donc au premier vous distraire et faire quelques shopping : tasses amusante, lampes design, chandail en mohair, objets de décoration variés…facile pour prévoir un petit cadeau de week-end !

Mais ce restaurant a encore des surprises à dévoiler comme ce service ultra pratique de conciergerie à la disposition des clients : une tache sur sa cravate, un bouton à recoudre, une adresse dans Paris à trouver..

Compétence et diligence pour vous satisfaire !

Bref, outre que l’on peut privatiser une salle pour un anniversaire ou une fête, ce restaurant à la cuisine fraiche et ensoleillée saura vous régaler !

Monsieur Madame, 35 av des Ternes 75017 tel : 01 83 95 06 10, de 7h à 2h du matin.

Chantegrive, nom enchanteur pour vins délectables !
19 Déc
2018

Fort de son domaine de 96 hectares, le château de Chantegrive s’affirme comme un des plus prestigieux dans l’appellation graves avec une jolie gamme de blanc et rouge. A connaître fissa !
Chantegrive, domaine associé depuis 1966 à la famille Leveque, est désormais mené avec brio par Marie-Hélène en collaboration étroite avec sa famille. Dans le souci de ne pas abimer l’harmonie de la nature, et à l’issu d’un gros travail, le château de Chantegrive a reçu en 2017, la certification HVE 3 (Haute Valeur environnementale niveau 3), qui prouve l’engagement du domaine dans des démarches respectueuses de l’environnement.

Une gamme de vins pour tout le repas

La cuvée Caroline 2017, à base de sauvignon blanc et sémillon, offre un nez intense de pamplemousse. En bouche, une belle explosion de mangue et ananas associée aux agrumes. Un équilibre entre minéralité et vivacité qui incite à déguster ce vin avec des fruits de mer cuisinés, une viande blanche, un foie gras.

Nous avons aimé également le Graves Blanc 2014, aux arômes de fleurs blanches, à la bouche vive et ample à la fois, à boire avec un feuilleté, des huitres sorties de l’eau, un chèvre presque crayeux.

Côté rouge, le Graves Rouges 2016 à base de merlot et cabernet-savignon à part égale, nous a plu par sa couleur dense, ses arômes de mûres et cassis, sa tension élégante et équilibrée qui se marieront à plaisir avec un filet de bœuf, une terrine de sanglier, une poule au pot.

Enfin, nous terminons en beauté avec ce Henri Leveque 2014, production de 6000 bouteilles issue d’une parcelle de 3 hectares de vigne âgée de 35 ans. Une robe rubis, un nez de fruits noirs, une rondeur au palais séduisante avec des tannins qui se fondent, un vin généreux idéal avec un lièvre à la royale, un magret au cèpe, un fromage fort…

Cuvée Caroline 2017, 15 e la bouteille.

Graves Blanc 2014, 12,50 e

Graves Rouge 2016, 14,50 e

Henri Levêque 2014, 26 e.

Château de Chantegrive, www.chnategrive.com

Beurk mais délicieux, courons-y ?!
13 Déc
2018

Le titre est déjà une promesse de bonheur gastronomique ! Des produits moches, laids, puants et repoussants mais, une fois apprêtés, qui livrent des délices culinaires. Essayez-vite.

Des couilles d’agneau grillées, de la cervelle de veau en beignets, des hampes et oreilles de cochon, des tripes en friture, des grenouilles en risotto… ces noms sont évocateurs et ne riment pas forcément avec gourmandise de prime abord ! Et pourtant ? Les auteurs font œuvre utile en décomplexant le péquin gourmand et en le prenant par la main pour lui apprendre le bon.

Ne pas se fier à l’apparence et comme disent-ils « ..Ce n’est pas parce que le poulpe fait peur avec ses longues tentacules pleins de pustules, qu’il n’est pas succulent en salade ou en ragoût…La nature regorge de produits bizarres, laids, biscornus, rabougris, puants, bref dégoutants et malgré tout savoureux. »

Bien sûr, encore faut-il savoir les cuisiner !

L’enjeu de ce livre, apprendre à cuisiner et à se délecter de produits beurk.
Pour se faire, 46 recettes vous attendent qui vous feront devenir un vrai aficionado du produit beurk !

Sélection de ces recettes mirifiques : daube de joues de bœuf à l’orange et aux gnocchis, gâteau de foie de lapin, tartine de lard tiède au pesto, os à moelle gratinés salade de poire et fenouil, friture de tripes au ketchup maison, langue d’agneau tiède, sauce ravigote, ragoût de poulpe au vin, queues de boeuf aux anchois et salsifis, cassolette d’escargots en croûte… et tant d’autres !

Un liver a se procurer sans tarder.

Beurk ! C’est bon, Cuisine délicieuse de produits repoussants , par Julien Fouin et Blandine Boyer Rouergue, 16 €