Archives du mot-clé Hôtel

Zenchef : chefs, soyez cool !
3 Mai
2017

Zenchef, cette société dynamique et innovante, créee en 2011, s’occupe des chefs dont elle gère la communication digitale. Et quel gain de temps !

Ils sont jeunes et entreprenants, Xavier Zeitoun, Thomas Zeitoun et Julien Balmont, qui ont lancé Zenchef. Leur but, aider les restaurateurs à bien gérer leurs clients, à les fidéliser, à les soigner au mieux. Leur moyen : un outil super efficace facilement utilisable sur le web, un outil « tout en un » pour gérer leur réservation, les avis des clients sur la cuisine et leur relation, tout cela sans compétence particulière.

Zenchef fournit donc aux chefs un logiciel de réservation intégré au site internet des restaurants, qui enregistre la résa directement dans un cahier de réservation digital relié à un plan de salle. Gage de qualité et d’exigence de Zenchef, chaque mois, le client-restaurateur prolonge son abonnement ou pas !

Chaque réservation passée par le site internet du restaurant complète un fichier client numérique. Bien pratique pour le chef qui peut envoyer des offres de repas, proposer des menus particulier, envoyer une newsletter pour les prévenir de nouveautés…

A ce jour, plus de 3000 restaurateurs se sont équipé de ce logiciel en France et en Europe. Chacun y voit des avantages, pour un chef se sera « de rassembler tous les avis en un seul endroit, ce qui permet de les consulter et réagir ». « Enrichir son fichier client automatiquement, au fil des réservations » dit-un autre. Tout cela évite aussi les plateformes qui forcément buy-trusted-tablets.com se rétribuaient.

Gageons que Zenchef, fort de ses ambassadeurs à travers France et Europe et de son partenariat tout récent avec Toques Françaises, connaisse une longue vie !

Info : www.zenchef.com

Le Grand Hôtel de Saint Jean de Luz, havre de paix.
28 Oct
2016

La mer pourrait presque entrer dans l’hôtel, tant la proximité est grande. La baie est large, profonde, sereine ! Vous êtes au Grand Hotel, tout est possible !

_mg_8591_pt

Plus de cent ans que ce monument couleur rose arbore fièrement sa stature face à l’océan azur. Ce grand bâtiment « cinq étoiles » renait après huit mois de rénovation pour offrir qualité, repos et bien-être complet aux estivants.

Le décor Art Déco, aux formes pures, aux matières chaudes comme le galuchat et le stucco, aux couleurs or, argent et noir, fait passer la lumière tout grande et prédispose au repos.

Que faire au pays Basque, une fois logé dans ce superbe hôtel riche de 52 chambres entièrement rénovées ?

 

_mg_8385

Une thalassothérapie Loreamar sur place, au sous-sol magnifiquement équipé, riche de tous les soins pour se requinquer au cœur de l’hiver.

Déguster une cuisine créative du chef Christophe Grosjean entre terre et mer avec ces produits basques, les poissons, les légumes bio du pays, les cochons à pattes noires élevés dans l’arrière-pays, les fromages de la régions… Le chef les cuisine au meilleur, sans gras inutile, façon gastronomique ou façon détox.

Se promener dans le centre historique de cette petite ville de Saint Jean de Luz, si attachante par ses traditions, son église Saint Jean-Baptiste où Louis XIV a épousé l’infante d’Espagne Marie-Thérése d’Autriche. Faire un parcours de golf dans l’un des nombreux golfs de la région.

Les plus sportifs monteront à la Rhune, haute de 905 mètres et visible de tous les côtés levitradosageus24.com de la Côte basque.

On peut aussi faire une excursion en Espagne, à San Sebastien, très chic station balnéaire où il fait bon aller déguster des tapas et boire une sangria ou un vin du pays.

Bref, les centres d’intérêt ne manquent pas sur ce coin de Côte basque.

L’équipe du Grand Hôtel vous  attend pour s’occuper de vous et vous faire découvrir un beau coin de côte.

Grand Hôtel Thalasso et spa, 43 bd Thiers 64500 saint Jean de Luz et www.luzgrandhotel.fr

 

 

  AU SEABEL RYM BEACH DE DJERBA
20 Sep
2016

 

dsc00106     Ne dites pas : tourisme de masse, je ne boirai jamais de ton eau ! Car, à première vue, pour peu que vous soyez noyé dans le flot des nouveaux arrivants, dites-vous bien que, vous aussi, aux yeux du ‘‘visité’’, en êtes. Tout visiteur, tout touriste qui se respecte doit donc faire œuvre d’humilité, et ne se distinguer qu’en faisant dans un premier temps abstraction de sa personne, pour se faire oublier. Oui, se fondre dans le paysage marin et végétal d’un pays méditerranéen comme la Tunisie est un acte de savoir-vivre, de savoir-vivre dans ce qui est probablement le plus français des pays arabo-musulmans, le plus proche en esprit et en géographie de nos berbères points de repère.

 

dsc00104

C’est hors-saison, tout au moins en basse ou moyenne saison qu’il convient de se rendre dans le presqu’île de Djerba. Avec Sabena… Djerba, vous y seriez déjà ! Mais vous n’êtes pas belge et la compagnie nationale de wallonie a disparu. Ecrasé de soleil, vous découvrirez Djerba dans toute sa torpeur de printemps avec Tunisair. Ce qu’à la seconde vous avez lu, vous a un goût de ‘‘publi-reportage’’ et, pourtant, vous le vérifierez aisément, nous en sommes loin. Djerba, à première vue, se morfond mais, à l’examen, c’est, en ce printemps, pain béni, béni du Dieu de l’islam qui, monothéisme oblige, est, logiquement, le Dieu des chrétiens et des européens. Car, précisément, l’enceinte du dernier-né des établissements de la chaîne Seabel est un havre de vie au milieu de l’heureux et désertique rivage de la côte nord-est de l’île.

dsc00109Nous avons pointé, désigné d’une discrète vindicte le phénomène du tourisme de masse. Si, nous-mêmes, de ces touristes, en sommes, rien ne nous empêche, tout nous invite au contraire à complaire aux tunisiens qui, en cette période de ramadan supportent avec sourire et dignité l’épreuve du jeûne et le spectacle de russes, d’allemands, d’anglais, de français et sans doute d’autres peuplades profitant de leur (bien-nommé !) forfait et se repaissant de petits-déjeuners, de déjeuners, de dîners-buffet, sans compter le goûter de quatre heures qui voient des enfants, des adolescents, mais pas seulement, faire la queue en attendant sagement leurs crêpes au chocolat. C’est dire qu’alimentairement parlant, au Seabel Rym beach de Djerba, vous en aurez pour votre argent, et cela est important. Le Seabel Rym Beach est conçu pour les familles qui disposeront dans ce vaste enclos de verdure, de différentes piscines, de tir à l’arc, de terrains de pétanque et, naturellement, outre celui miniature, du golfe clair d’une mer lors de notre séjour quelque peu houleuse et que goûtent gaillardement une majorité de russes – qu’on ne dit plus blancs tant paraît dépassé le souvenir de 1917 – habitués à des eaux moins émollientes. Bon point ainsi pour la nourriture que le touriste peut apprécier ‘‘nationale’’ c’est-à-dire discrètement épicée telle qu’en son génie culinaire la Tunisie sait l’accommoder, et non pas seulement internationale quoique sous tous les tropiques, et au regard de toutes les constitutions, des œufs au lard le matin et des spaghettis à midi puissent être de mise.

dsc00103

On appréciera donc le stoïcisme d’un personnel d’autant plus méritoire dans son jeûne qu’il se voit entouré d’européens pas toujours informés de ces us et religieuses et obligatoires coutumes mais, plus outre, nullement disposés à sauver les apparences en feignant de se restreindre. Mais il nous semblait qu’en ce juin de ramadan, l’éduqué et affable personnel du Seabel Rym Beach ait décidé de faire contre mauvaise et diurne fortune alimentaire, bon cœur sachant que, le soir venu, la rupture du jeûne leur fera d’autant plus prendre conscience que le monde occidental perd beaucoup (quand bien même, il ne se perdrait) en oubliant que dans la vie tout se mérite, et plus encore le plaisir des sens.

dsc00110

Les chambres sont d’un bon et beau niveau. Vaste lit, vaste espace tandis qu’en effet, la femme de ménage procédera, le matin, à de légères décorations florales sur votre couvre-lit. Des patios, du laurier et une plage privée sur laquelle aiment se rôtir nos russes ventrus. Et là, vous réfléchissez de plus fort. A droite, à gauche, tant à l’est qu’à l’ouest bien des établissements ont fermés, des gardiens assoupis veillent sur les sites désertés, certains hôtels rouvriront à l’été. La plupart semblent attendre de meilleures années. C’est le moment de traîner votre vague à l’âme sur toutes ces plages. En famille, vous aurez loué une voiture et excursionné dans l’île. Après tout, c’est cela qui fait le charme (au sens premier du terme) de ces contrées : ce sentiment de bout du monde lorsque vous vous arrêtez sur une route désertée, avec, au loin, cette mini-mosquée, ces chèvres et ces oliviers, et ces villages sous le cagnard. Voici Erriadh – surnommé pour le touriste Djerbahood – aux habitants tout aussi invisibles qu’ailleurs, mais un village aux murs estampillés. Voilà qu’il y a quelques années, à cent cinquante artistes peintres originaires de trente pays, il a été laissé libre cours. Libre cours de se livrer à ce qu’on appelle le street art dont New York, Stockholm et nombres de villes occidentales nous ont déjà donné l’exemple. Comme nos humeurs, ces couleurs d’année en année passent, du moins ces estampes s’estompent induisant chez le visiteur cette bienfaisante mélancolie qu’entraîne la violente lumière méditerranéenne. Un autre site remarquable de Djerba, une autre «sortie» est la fameuse synagogue d’El-Ghriba, la plus ancienne d’Afrique. Chaque année, à l’occasion de la fête juive de Lag Ba’omer (au trente troisième jour de la Pâque juive), plusieurs milliers de pèlerins de France et d’Israël la rejoignent, certains séjournant même dans l’hacienda qui y est contigu. La Ghriba est un vestige remarquable de la réalité si ce n’est de l’antériorité de la présence juive en Tunisie, la tradition indiquant que, jusqu’au XXème siècle, ce village n’avait été habité que par des Cohanim, ces descendants de ces prêtres venus de Jérusalem et fondateurs, donc, de cette antique synagogue.

dsc00118

Voici en définitive nos fortes suggestions : privilégiez un séjour au Seabel Rym Beach en basse ou moyenne saison ; y venir en famille et louer un voiture, ne serait-ce que pour faire vos dévotions intimes à la synagogue d’El-Ghriba et vous interroger sur les mérites de l’art contemporain en contemplant les peintures murales du village d’Erriadh ; se faire discret à tous points de vue tant pour vous distinguer du touriste lambda qui n’aurait pas intériorisé les règles élémentaires de savoir-vivre du pays d’accueil que pour complaire à vos hôtes ; incitez même ces derniers à édictez leurs règles et à le faire savoir : tout comme un enfant, et s’il ne l’a pas été au préalable (de son voyage), le touriste demande à être éduqué…on serait tenté de dire : et, s’il le faut, manu militari. Prévention et répression sont liées : toute incivilité (verbale, vestimentaire ou autres) non réprimée est une incivilité dont on ne prévient pas la réitération.

Les sites de Djerba la Douce et de Djerba la Fidèle du Club Méditerranée se morfondent (l’un a d’ailleurs fermé). Un cycle prend fin, qui passe le relais à un tourisme aux couleurs plus culturelles, et plus fin. Les deux établissements (1) de la chaîne Seabel Hôtels Tunisia pourraient en devenir le parangon et le vecteur. Pas seulement par sa présence, mais, on l’a compris, par son comportement, le touriste, enfin éduqué, peut aider à ce nouvel élan. La direction et le personnel de l’hôtel ne doivent pas hésiter à l’infléchir dans cette direction, en maintenant l’esprit des lieux, en l’empêchant de se laisser corrompre par la vulgarité des temps. Et c’est ainsi que votre séjour n’en sera que plus réjouissant. Avant de découvrir  le Seabel Alhambra Beach Golf & Spa d’El Kantaoui, non loin de Monastir.

Hubert de Champris

(1) Le groupe Seabel possède un deuxième établissement sur la côte sud de Djerba. Le Seabel Aladin*** propose 318 chambres réparties entre Résidence (bâtiment de 2 étages avec terrasses) et Bungalows (avec terrasse ou balcon regroupés en 7 menzels –  habitat typique de Djerba -) qui disposent toutes de salle de bains ou douche, sèche-cheveux, TV-satellite, téléphone, chauffage/climatisation et COFFRE_FORT. Idéalement prévu pour les familles, certaines chambres permettent d’accueillir jusqu’à 4 personnes. Le Seabel Aladin*** propose également différents services tels que salon de coiffure, blanchisserie, boutique, coffre-fort, accès internet gratuit dans tout l’hôtel y compris dans les chambres, etc.