Archives du mot-clé Art de vivre

27 Juil
2021
l’Hôtel de la Marine, splendeur de la monarchie !

Quintessence de la beauté et du rayonnement de l’Art en France au XVIII e siècle, l’hôtel de la Marine renait après quatre ans de travaux magnifiques et soignés. Une occasion de découvrir un monument splendide ou la magnificence des pièces en enfilade le dispute à la somptuosité des meubles. Oui, la monarchie française se révèle ici dans tout son faste. photos fournies par le CMN

Le saviez-vous, il se faisait au XVIII e siècle, comme aujourd’hui, des concours d’architecture pour faire émerger les meilleurs architectes pour la plus grande gloire du roi. Et l’actuelle place de la Concorde n’échappa pas à la règle. Le roi Louis XV cédant un emplacement aux abords du jardin des Tuileries, examina dix-neuf projets d’aménagement sans qu’aucun ne le satisfasse. Après cinq ans de discussion, c’est Ange-Jacques Gabriel, premier architecte du Roi qui effectua une synthèse des différents projets pour créer les plans définitifs de la future place Louis XV. Une statue du Roi le représentant à la romaine, c’est à dire sans selle et sans étriers, sera placée au centre de la place formée de jardins en fossés secs bordés de balustrades. Au sud de la place, la Seine, au nord, deux palais jumeaux aux façades classiques monumentales de part et d’autre de la rue Royale, à l’ouest,  la place s’ouvre sur les Champs- Elysées et le cour de la Reine.

Après la Révolution française, la place s’appellera place de la Révolution puis à partir de 1795, place de la Concorde.

Et s’installa le Garde-Meuble de la Couronne

Mais quelle destination auront donc ces deux palais monumentaux de part et d’autre de la rue Royale ? En 1765, on décidera d’installer le Garde-Meuble royal, une institution, ancêtre du Mobilier national, chargée du mobilier du roi, dans le palais le plus à l’est, l’actuel Hôtel de la  Marine. C’est Pierre-Elisabeth de Fontanieu, intendant à la tête du Garde-Meuble qui organisera son administration : ateliers, lieux de stockage, appartements de fonction, chapelle… Il occupera le palais, suivi ensuite de Marc-Antoine de Ville d’Avray. Les deux intendants y resteront 25 ans, au total.

La Révolution française fracasse tout

Evidemment, ce symbole de l’administration et du faste royal, l’existence même du Garde-Meuble était menacée. Deux événements marquent l’histoire du lieu.

Le 13 juillet 1789, les révolutionnaires s’emparent des armes placées dans la salle d’armes, le lendemain, ils iront chercher des munitions à la Bastille. Et le 16 septembre 1792, a lieu le vol des bijoux de la Couronne à l’hôtel de la Marine. Une quarantaine d’individus pénètrent dans le salon où sont exposés les bijoux, les dérobent pour prés de 30 millions de francs.

photos fournies par le CMN

 

Et le Garde-Meuble royal devint ministère de la Marine

Au début de la Révolution, alors que Louis XVI quitte Versailles pour Paris, toutes les administrations de l’Etat arrivent donc à la capitale. Mais où les installer ? Le ministère de la Marine intègre alors le deuxième étage du Garde-Meuble, à sa tête le comte de la Luzerne et Jean-Baptiste Berthier. Au bout d’une dizaine d’année, cette administration occupera tout le bâtiment qui porte désormais le nom d’Hôtel de la Marine. Jusqu’en 2015, date à la quelle on envisagera l’avenir de ce magnifique palais.

Et le Garde-Meuble ?

Symbole de l’Ancien Régime, cette institution très marquée sera purement et simplement supprimée lors de la Révolution. Une partie des meubles et objets d’art est vendue aux enchères ou détruit.

photos fournies par le CMN

Que devient le Garde-Meuble ?

           En 1800, cette noble administration est recréée sous le nom de Garde-Meuble des Consuls. Elle deviendra ensuite Mobilier impérial pour devenir finalement Mobilier national en 1870. Du bureau du chef d’État-Major à la galerie des grandes préfectures de Marine françaises, la Marine va évoluer en fonction de ses besoins : division des espaces pour augmenter la taille des bureaux, aménagements liés aux évolutions technologiques des XIXe et XXe siècles (électricité, téléphone, ascenseurs…) mais aussi décors comme les portraits des grands marins.

photos fournies par le CMN

Ce que vous admirerez

Cet hôtel a été conçu pour accueillir les meubles royaux mais aussi pour vivre au milieu de la société aristocratique. Il faut donc particulièrement soigner l’architecture et le décor des pièces de réception. Comme dans toute bonne maison du XVIII e siècle, il s’agit de recevoir ses hôtes à la hauteur de leur rang et les détails des dorures, peintures, agréments variés…en sont la preuve. La maitresse de maison tient salon et accueille intellectuels et membres de la noblesse.

La circulation entre les différents appartements d’un hôtel particulier du XVIIIe siècle se fait sur un axe vertical, ce qui donne un rôle central à l’escalier monumental  qui dessert l’ensemble du bâtiment.

L’escalier permet aussi d’accéder aux galeries d’exposition du lieu qui se trouvent au premier étage sur la façade donnant sur la place de la Concorde : salle d’armes, galerie des grands meubles (étoffes et tentures), salle des Bijoux, galerie des Bronzes. Ces pièces, à l’origine, servaient à présenter les collections royales aux visiteurs français et étrangers. Chacun y admirait à l’envi, l’excellence des arts décoratifs à la française et la puissance de la monarchie. Ces espaces ont été convertis par la Marine, au XIXe siècle en salons d’apparats.

La grande galerie, scindée en deux, accueillit de fastueuses réceptions tout au long des XIXe et Xxe siècles , tels que bals, sacres de Napoléon et Charles X…

Salon d'honneur, décor du plafond au-dessus de la glace sans fond

Salon d’honneur, décor du plafond au-dessus de la glace sans fond © Jean-Pierre Delagarde

Ces pièces sont celles qui ont gardé le plus de traces du passage de la Marine, dans le bâtiment. On retrouve, par exemple, dans le salon d’honneur, des décors fastueux liés à la Marine, mais également dans l’ancienne salle d’armes du Garde-Meuble royal transformée en salle à manger d’honneur ou dans le salon diplomatique. La décoration des salons d’honneur et de réception, réalisée à partir de 1843, marque l’appropriation des lieux par la Marine. Sur les murs des portraits d’amiraux de l’Ancien Régime : Tourville, vice-amiral de Louis XIV, Jean Bart, corsaire issu d’une famille de marins renommés, Duguay-Trouin corsaire malouin au quatre-vingts combats et abordages et Duquesne, lieutenant-général des armées navales de Louis XIV.

Toujours conservé aujourd’hui, le bureau du chef d’Etat-major de la Marne, est le symbole de l’installation de la Marine dans le bâtiment. Pendant plus de deux siècles, c’est entre ces murs qu’ont été prises les plus grandes décisions de la Marine française, quels que soient les époques et les régimes politiques.
Hôtel de la Marine, place de la Concorde.

Crédit photos :

Agence Moatti-Rivière.  The Al Thani Collection.  CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet,  Christie’s Jean-Pierre Delagarde / Centre des monuments nationaux.  Benjamin Gavaudo / Centre des monuments nationaux.  Sylvie Lelandais / Centre des monuments nationaux / d’après les plans de l’Agence 2BDM, Architectes, Christophe Bottineau, ACMH, 2020. Hervé Lewandowski / Centre des monuments nationaux.
Hélène Peter / Centre des monuments nationaux.
Didier Plowy / Centre des monuments nationaux.  Ambroise Tézenas / Centre des monuments nationaux.
Nicolas Trouillard / Centre des monuments nationaux.
Morning.

Ouvert tous les jours, à partir de 13 *, gratuit pour les moins de 18 ans.

Lundi, mardi, mercredi, jeudi, samedi et dimanche de 10h30 à 19h (fermeture de la billetterie à 18h15).

Le vendredi à partir de 10h30. Nocturne jusqu’à 22h.

Les visites de l’Hôtel de la Marine sont accessibles tous les vendredis soir jusqu’à 22h (fermeture de la billetterie à 21h15).

Rendez-vous sur http://www.lecmn.fr/hdm


photos fournies par le CMN











25 Juin
2021
Des glaces raffinées, quel bonheur !

Ces bâtonnets au chocolat noir ou au lait mêlés aux fruits exotiques, à la vanille ou aux fruits secs dument sélectionnés, sont une merveille à découvrir très vite.


Il fait chaud partout en France, quoi de plus rafraichissant que de « siroter » une glace au parfum très novateur ! il faut  découvrir ces saveurs ou se mêle pistache-cassis au  chocolat au lait enrobé d’éclats d’amande ; ou la noisette le dispute au cœur de glace  caramel sel de Guérande, ou le sorbet framboise rejoint le chocolat noir et s’abandonne au cœur de sorbet fruits de la passion, ou encore le chocolat  au lait, glace vanille qui cache un cœur de mangue… tous ces goûts sont somptueux au palais !

Ces délices glacés sont le fruit du travail du maitre chocolatier Nicolas Cloiseau, MOF, arrivé en 2012 à la Maison du Chocolat où il  a pris les rênes de la création se livrant à mille recherches et réalisations. Ce passionné de chocolat fait montre d’un bel esprit de recherche innovante doublée d’un grand sens de la perfection. Ces deux qualités lui permettent de nous régaler sans cesse de chocolat aux associations surprenantes ou classiques et ici de se livrer à un vrai plongeon glacé grâce à ces bâtonnets givrés d’un goût nouveau !

On les trouvera dans toutes les boutiques Maison du Chocolat, 5,80 € le bâtonnet.

9 Juin
2021
La Cancoillotte, un fromage franc-comtois à découvrir

            Joie de découvrir en franche-Comté, une spécialité fromagère bien nommée Cancoillotte qui se déguste de mil façons : nature sur du pain de campagne, chaude sur des pâtes ou des pommes de terre, en gratin … Bref, laissez vous tenter !


           Ce fromage sent bon son terroir sans du tout exalter une forte odeur ! Il reste discret même si ces différentes variétés, au vin jaune, au piment d’Espelette, à l’ail des ours, au cumin…séduisent des amateurs friands de variétés. Léger, frais, parfumé délicatement, il faut absolument connaître la Cancoillotte. Au fait, comment est-il fabriquer ?

         Du lait de vache écrémé sert de base à sa fabrication, par l’élaboration du metton. Ce metton, inconsommable en l’état, mis à chauffer avec du beurre est brassé par le maitre-fromager. La fermentation intervient, le mélange se solidifie, la Cancoillotte apparaît. Sa pâte liquide et onctueuse se conserve au frais plusieurs semaines. Ce fromage d’un genre particulier sera commercialisé dés le XIX e siècle à Paris.

Un peu d’histoire

Les origines de la Cancoillotte sont peu connues, peut-être il y a 2000 ans, d’après quelques écrits romains, elle apparait en Franche-Comté appelée alors la Séquanie. La Franche-Comté, partagée entre montagnes du Jura et plaine de la Saône, est ce riche terroir d’ou est issu d’un côté le Comté, de l’autre la Cancoillotte.

Fabrication du metton

Indispensable pour faire la Cancoillotte, le metton est issu du lait écrémé et ensemencé qui est chauffé pour coaguler. Le metton se présente sous forme d’une pâte granuleuse, dure et odorante, obtenue par pressurage. Il est alors émietté et fondu avec un peu de beurre, de l’eau et des aromates comme vin jaune, échalote, piment d’Espelette…Bien mélangée, la préparation est homogène, on peut ensuite la conditionnée.

Le marché de la Cancoillotte

400 producteurs de lait et 17 fabricants, réunis au sein de l’Association pour la promotion de la Cancoillotte créée en 2013, en élaborent ainsi 5 000 tonnes par an. 72% de la consommation est dégustée sur place, en région Est et Centre, le reste, 28%, est consommée à Paris et ailleurs en France.

Des qualités nutritionnelles reconnues

La Cancoillotte est un fromage très léger avec 8% seulement de matières grasses, sans cholestérol. Source de calcium, il contient des protéines, vitamines, magnesium, potassium, phosphore, iode.. 

Nous avons aimé la Cancoillotte de Didier Humbert, fermier à Bougnon, prés de Vesoul, suave, doucement odorante, délicate. Depuis 15 ans, il fabrique le fromage, avec le lait de ses 130 vaches laitières, surtout des Montbéliardes. Chaque semaine 300 à 400 kg de Cancoillotte, nature ou aromatisé au savagnin, ail, cumin..sortent des cuves Humbert . Ferme des Chansereaux, dhumbert@earl-chansereaux.fr,

  • Et aussi la Cancoillette signée Fleuron des Gourmets à Clerval, celle de la Fromagerie Badoz à Pontarlier www.fromagerie-badoz.com 

Pour recettes ou infos : contact@cancoillotte.info