Archives du mot-clé Théâtre Sortie

3 Nov
2022
Théâtre, Le Comble de la Vanité pour rire de bon cœur !

On rit, on retient son souffle, on admire le jeu des acteurs jusqu’au dénouement étonnant mais qu’on voit venir…le Comble de la Vanité affiche sa joyeuseté teintée d’une once de macabre. A voir sans tarder !




             La famille se trouve réunie autour de la mère, attachante et au début un peu confuse dans ses propos. Un testament découvert jette le trouble entre les deux frères, la belle-soeur et la sœur. Cris, agacements, reproches liés au passé…et objet inattendu trouvé au grenier, tous les ingrédients sont la pour constituer une intrigue propice à tenir en haleine le public.

Visiblement, les parents n’ont pas tout réussi !

           La pièce nous révèle ainsi que l’on ne peut échapper aux liens du sang… D’où le cynisme des frères et sœur, et dans une moindre mesure belle-soeur. Leur jeu est fluide, les caractères s’affichent entre le frère, David Talbot, un peu looser, l’autre ambitieux et désagréable, Mikaël Chirinian, la sœur, Cécile Rebboah, plus nuancée, la belle-soeur, Julie Farenc, plus effacée…Et par dessus tout cela, la mère, Virginie Pradal, tout de blanc vêtue telle une prêtresse ceinte de pureté, qui domine et pétille dans son rôle, revivant son amour adultérin à grand renfort d’emphase, stupéfiant ses enfants.

             Bref, cette pièce, écrite par Valérie Fayolle, s’impose dans la vie théâtrale parisienne, une belle occasion de sortie, au théâtre de la Pépinière.

Théâtre de la Pépinière, 7 rue Louis Legrand 75002 Paris, tel : 01 42 61 44 16

20 Mar
2022
« Vieux con », un one man show jubilatoire

 


         On rit et on sourit, on s’esclaffe et on s’étonne, on est d’accord et on on réfléchit…bref, le spectacle de Christophe Alévêque vaut le détour ! Courrez-y sans perdre votre temps.

Tout de go, l’acteur nous annonce vouloir décrire à son jeune fiston âgé de deux ans, le monde dans le quel il vit et lui vivra. Vaste programme… pour ce faire, il use de toutes les ficelles de son art : grosse voix, larges gestes pour affirmer sa pensée et même vieux film des années 70… Ce sera le fil rouge de son récit.

Un retour sur ce qu’on a vécu pendant le confinement avec une stupéfaction bien vue sur ce que les Français ont accepté sans broncher, tourner avec dérision et bon sens, on éclate de rire devant les mimiques, les jeux de scène, les bons mots. Un constat sur cette vie d’aujourd’hui décrite comme aseptisée, lisse, conventionnelle, ennuyeuse évidemment, on opine du chef …Le comédien s’épanouie dans une gestuelle parfaite, drôle et bien ajustée avec un fond musical. Rythme et enchainements sont bien rodés, oui nous sommes tous devenus de « vieux cons » et c’est bien triste !

Différence

Christophe Alévêque, à la lumière de la crise sanitaire, établit un distingo entre le vieux con d’avant, conservateur, réactionnaire et celui d’aujourd’hui. Ce « con » la est un résistant. Car la vague de la bien-pensance a fait basculer le libre-penseur dans le camp des vieux cons, celui-la s’exprime librement, sans se censurer. Et c’est le pari bien réussi du comédien-écrivain qui veut que vive la liberté d’expression. Et nous avec ! Fort de son idée, il a même créé un club des « Vieux Cons Modernes » qui compte en un mois, déjà mille adhérents.

Bonne tête

Avec ses moustaches blanches et son sourire malicieux, Christophe Alévêque ne nous lâche pas de son spectacle rondement mené, créé pendant le confinement. Le « gars » a de la bouteille, qui débute en 1988 dans les Stagiaires. En 1991, il monte son premier spectacle avec Philippe Sohier, fidèle complice, qui met en scène son spectacle actuel. Il intègre l’équipe de Laurent Ruquier, collabore avec Michel Drucker, Ardisson…Il monte sur la scène du théâtre du Rond-Point en 2009 avec Super Rebelle où il enchainera les spectacles.

Allez le découvrir sans tarder, vous prendrez un grand bol de rire et c’est bien plaisant par les temps actuels !

Théâtre du Rond-Pont, « Vieux Con », écrit et joué par Christophe Alévêque, mis en scène par Philippe Sohier jusqu’au 3 avril, tel : 01 44 95 98 21. Pour adhérer gratuitement au club des Vieux Cons Modernes, envoyez vos coordonnées actuelles à clubdesvieuxcons@gmail.com

16 Sep
2021
La Maison Mulot et Victor Hugo, quand l’un valorise l’autre, c’est un bonheur !

         Au 6 de la place des Vosges se trouve l’appartement que loua Victor Hugo pendant 16 ans. On le visite avec bonheur, découvrant meubles, objets et dessins qui rappellent ce célébrissime écrivain et homme politique. Depuis peu, la Maison Mulot a ouvert au rez de chaussée un café ou gourmandises salées et sucrées se dégustent dans la cour-jardin ou à l’intérieur. Moment de grâce !
       En 1832, Victor Hugo s’installe avec sa famille dans un vaste appartement, au 6 de la place Royale , devenue place des Vosges. Il loue le second étage de l’hôtel de Rohan-Guéméné, superbe endroit où il méne une vie mondaine, politique, recevant ses amis Lamartine, Vigny, Dumas, Honoré de Balzac, Mérimée et tant d’autres.

Dans le cabinet de travail , il écrira Lucrèce Borgia, les Chants du Crépuscules, une partie des Misérables, le début de la Légende des Siècles et des Contemplations et beaucoup d’autres oeuvres. Pendant cette période, il sera élu à l’Académie française, nommé pair de France et député de Paris.

L’appartement, après 1848, se transforme, ce qui empêche d’en reconstituer précisément le cadre d’origine. Le musée et les collections doivent beaucoup à Paul Meurice qui fit don à la Ville de Paris en 1902, année du centenaire de la naissance de Victor Hugo, de dessins de l’écrivain, de photographies, manuscrits, éléments de mobilier et nombreux souvenirs

La pause thé s’impose

Avant de parcourir cet unique endroit dans Paris, assoyez-vous dans la cour végétalisée si agréable et tranquille en plein cœur de Paris. Et la, laissez parler votre gourmandise ! Le chef Fabien Rouillard concocte une farandole de gâteaux aussi beaux que savoureux, des créations signatures bien nommées Coeur Frivole, Caribou, Délicieux, Amaryllis, Magie Noire. Et encore des tartes au fruits de saison, des clafoutis, un Saint Honoré joufflu, un Paris-Brest onctueux ou un Opéra fondant ! Et si le temps est chaud, choisissez un sorbet super fruité avec un macaron croquant !

Et pour déjeuner 

Un sandwich légume-jambon, un croissant garni délicatement, une quiche, un une salade fournie, un croque-monsieur dégoulinant de fromage fondu..oui tout est possible. Nous avons dégusté avec joie une salade composée de quinoa, lentille et pois chiche, délicieux !

Bref, quand la culture rencontre la pâtisserie sucrée ou salée, les amateurs se réjouissent et en redemandent !

Musée Victor Hugo, 6 place des Vosges, ouvert de 10 à 18h sauf lundi et jours fériés.