Culture (expo, cine, musée…)

5 Jan
2021
A table, exposition à la Manufacture de Sévres








 La Manufacture de Sèvres accueille jusqu’à juin une exposition magnifique sur l’art de la table.  Comment et avec quels ustensiles nos ancêtres se nourrissaient-ils ? La où le nécessaire rejoint l’esthétique pour célébrer l’art de vivre à la Française !

  Avez-vous déjà bu ce royal breuvage appelé champagne dans un gobelet en plastique ? Aussi subtil soit-il, la saveur en aura été altérée par le récipient vulgaire. Et, oui, d’où la merveilleuse exposition qui célèbre la beauté des verre, plat, couvert…indispensable car ils magnifient le goût des mets et des breuvages.

    La direction de la Manufacture dresse un éventail de ces ustensiles à travers les âges, de monde romain, au Moyen-Age, pendant la Renaissance et le Grand Siècle, jusqu’à aujourd’hui et c’est jubilatoire.

Ainsi, au Moyen Age, les élites  sont-elles  servies selon un service dit « à la française », soit une succession de nombreux plats avec fruits de saison, pâtés, boudins, saucisses puis potages ou viandes cuites avec des légumes dans des pots. Puis viennent les rôts ou viandes rôties et enfin les préparations à base de fruits, tartes ou rissoles (beignets salés). On mange avec les doits, les mets étant posés sur une tranche de pain ou tranchoir. Nos ancêtres aiment des épices, les saveurs acidulées et sucrées.

Attrait du sucre sous la Renaissance

  La Renaissance ne semble pas connaître de grands bouleversements en matière de gastronomie : permanence des épices et des saveurs aigres-douces ou acidulées. Selon les quelques sources écrites, les élites s’entichent fort du sucre et apprécient de plus en plus le beurre. Salades et légumes plaisent aussi beaucoup à l’aristocratie. L’assiette individuelle fait son apparition mais la fourchette reste rare jusqu’au XVIIIe siècle.

 

Le Grand Siècle invente le repas français

Entre 1580 et 1650 s’élabore une nouvelle cuisine aristocratique, la saveur du bouquet garni l’emportant sur celle des épices lointaines, le beurre triomphe, le salé tend à se séparer du sucre et une pré-cuisine de bouillons , coulis et fonds de cuisson s’imposent. Le service à la Française du Moyen-Age se complexifie dés le XVIIe siècle, surtout à la cour de Versailles qui donne le ton. La table se couvre de plats selon un plan rigoureux et symétrique. Verres et bouteilles sont posées sur les guéridons. L’élégance consiste à utiliser des récipients en porcelaine ou argent… adaptés à chaque met ou boisson. Les services de table  comptent des centaine d’assiettes, des dizaine de plats, terrines, saucières, raviers, compotiers… Les services en porcelaine de Sèvres rehaussés d’or et peints de ravissantes couleurs sont d’un luxe suprême ! A partir de 1730, l’usage de la salle  manger se répand.

  Puis vint le XIX e siècle, époques ou les arts de la table connaissent un essor considérable. Une clientèle bourgeoisie accède largement  aux services en céramique, porcelaine, cristallerie, verrerie, argenterie…

L’exposition de la Manufacture ne néglige aucun détail : gastronomie en altitude avec le développement  de l’aviation, repas de luxe  en plein océan…

Bref, l’amateur de belle chose se régalera de tous ces objets jusqu’au service Bleu Elysée , crée en 2017 par Evariste Richer, un service de table résolument  contemporain destiné aux repas officiels donné par le président de la république.

Une exposition riche et très complète pour le bonheur de l’oeil et la célébration de l’art de vivre à la Française, olé !

A table ! Le repas , tout un art, jusqu’au 6 juin 2021,

Manufacture de Sèvres, 2 place de a Manufacture 92310 Sèvres.

17 Nov
2020
Le métier de mourir, le dernier roman de Jean-René van der Plaetsen

Une ode au métier de soldat, voilà le message sous-jacent à chaque page de ce roman qui tient en haleine d’un bout à l’autre. Un bel hommage à ceux dont le métier est de défendre autrui pour mourir dans l’Honneur.

Est-ce parce qu’il fut Casque bleu au Liban dans une autre vie que Jean-René van der Plaetsen, aujourd’hui directeur délégué au Figaro Magazine, nous livre ici ce magnifique roman dont l’action se situe au Sud Liban, dans un paysage magnifique de fin du monde, dans un environnement hostile où la tension monte à chaque instant ?

Sans doute.

L’histoire de la vie d’un soldat, Belleface, rompu au métier des armes, tout enfoncé dans une tristesse profonde  qui se remémore sa vie, par bribe, entre amour fou pour une jeune femme, faits d’armes en Asie, enfance heureuse en Pologne, fin tragique dans un camp de concentration de se famille…Et peu à peu émerge entre réflexion métaphysique sur le sens de la vie  et quotidien sur cette base israélienne, le mystère de cet homme. Et présent tout au long du livre, les citations de l’Ecclésiaste par lui citées, sont comme un fil qui le retient et lui renvoie sa vie, si simple et si compliquée, si utile et si vaine, si heureuse dans son enfance et si apparemment sans émotion aujourd’hui. Car l’arrivée sur la base d’un jeune-homme français, Favrier, idéaliste et attentif va réveiller les sentiments de Belleface et la rencontre de ces deux âmes provoquer une inclination réciproque, fascination chez le jeune français qui l’estime et le respecte comme un père qu’il regrette de n’avoir pas eu aussi bien, attirance filiale et exigeante  chez Belleface qui se dit que ce jeune homme bien formé et aguerri serait le fils rêvé et aimé qu’il n’a pas eu le temps d’avoir.

Et insidieusement la tension monte dans le livre dont on ne décroche pas, on attend l’attentat voulu par le Hezbollah et pressenti par le héros. On retient son souffle, emporté par l’histoire peu à peu dévoilée de cet homme hors du commun et du jeune Favrier. Tension de l’histoire valorisée par une écriture dense. Chaleur palpable, sueur, eau glacée vite réchauffée, histoire d’une vie et qu’est-ce qu’une vie réussie…?

La fin brutale nous coupe le souffle et on s’était si bien attaché aux protagonistes qu’on reste tout triste.. Déjà fini, mais oui ! Retenons pour nous le message.

   Pourquoi un tel livre laissons la parole à l’auteur qui a mis beaucoup de lui-même dans le roman.
Il précise:
 –  » En effet, je n’aurais jamais pu écrire ce livre si je n’avais pas été Casque bleu en cette année 1985 au Liban-Sud.
Je n’aurais jamais pu l’écrire non plus si mon grand-père, le héros de mon précédent livre  (la Nostalgie de l’Honneur, septembre 2017, couronné de nombreux prix notamment  le prix Interallié, le prix Jean Giono) , ne m’avait pas raconté l’incroyable histoire de cet homme, survivant des camps de concentration mu par un désir de vengeance qui rappelle celui d’Edmond Dantès dans Le Comte de Monte-Cristo ».
 Jean -Rene van der Plaetsen poursuit:
– « Avec sa sérénité implacable, acquise grâce à la lecture quotidienne de L’Ecclésiaste, ce magnifique livre de sagesse de L’Ancien Testament, et son recours nocturne à l’opium pour trouver l’oubli dans ses rêves, Belleface incarne et symbolise notre condition humaine – une condition douloureuse, mais digne et courageuse face à la souffrance.
A la fin du roman, tragique parce que je voulais laisser ainsi entendre que la transmission ne s’opère plus entre les générations, le Vieux se met à pleurer pour la première fois depuis la mort de sa famille – et celle de Ruth. Cela signifie qu’il a retrouvé l’usage de ses sentiments et qu’il est de retour parmi les hommes ».
  Tout est dit de la grandeur et de la misère humaine.

Le Métier de Mourir, de Jean-René von der Plaetsen, chez Grasset.

16 Sep
2020
Les rois de France comme on aime !

       Les dates qui, hélas, ont disparu des manuels scolaires,  sont, valorisées dans cet ouvrage qui les honorent quand elles servent les rois de France. Vous en ferez tout votre miel.

          La chronologie des rois de France, une merveille qui  cadre les événements, marque la mémoire, aide à la compréhension de l’Histoire de France. Et évidemment facilite l’enracinement des esprits qui aiment la France notre patrie.
Comme le rappelle Guillaume Picon, le brillant historien auteur de l’ouvrage, la chronologie des rois de France fut un genre littéraire à part entière, né au Moyen-Age dans les abbayes proches du pouvoir royal.

Des mérovingiens à la royauté dans la France contemporaine

       L’auteur s’applique ainsi à rappeler dans les grandes dynasties, les Mérovingiens  de 481 à 751, les Capétiens de 987 à 1328, les Valois de 1328 à 1589, les Bourbons de 1589 à 1789 puis de la Révolution française à 2019, les dates importantes et fondatrices.  Ainsi en 493, Clovis épouse t’il Clotilde fille du roi des Burgondes qui par sa réligion catholique, va embrasser par son baptême, la foi de sa femme et  avec lui tout le royaume. Evénement fondateur s’il en est de de l’alliance du pouvoir royal et du christianisme.

Des cartes des diverses époques, des dessins ou tableaux parsèment l’énumération des dates toujours explicités en quelques lignes.

L’ouvrage s’arrête sur les dernières lignes pleine de promesse : « 21 janvier 2019, à la mort d’Henri d’Orléans, son fils Jean d’Orléans, duc de Vendôme, devient le prétendant au trône. Son fils Gaston, né le 19 novembre 2009, prend le titre de dauphin de France. L’avenir de la dynastie est assuré. »


Les rois de  France en 1000 dates, par Guillaume Picon,

25 €, Glénat.