Culture (expo, cine, musée…)

1 Sep
2022
Salon International du Patrimoine Culturel du 27 au 30 octobre


          L’incontournable salon de tous les acteurs liés au Patrimoine permettra, en cette fin octobre, des échanges fructueux et indispensables entre tous. Cette année, le thème retenu sera le développement durable à travers les réalisations de restauration, réhabilitation et enjeux de performance énergétique.

C’est un lieu où chacun, exposants venus de l’étranger et de toute la France comme visiteurs, pourra échanger avec son voisin et découvrir ou compléter ses connaissances dans un univers lié au Patrimoine.

Les métiers d’art, liés à la matière (le verre ou le bois, le vitrail ou la pierre…) exposeront leur découverte quand aux procédés innovants, aux nouveaux matériaux utilisés dans le respect de l’environnement.

Le patrimoine bâti des villes comme celui des campagnes sera valorisé à travers les gestes des artisans qui savent faire cohabiter les procédés traditionnels comme l’utilisation de pratiques innovantes. Ainsi, sur le salon seront présents parmi la centaine d’ateliers et de manufactures, des fabricants de tuiles, spécialistes de la terre cuite, bronziers d’art, restaurateurs de meubles, créateurs d’objets d’exception, architectes du jardin, spécialistes de la conservation du patrimoine bâti.. Tous animés du même souci : le respect de la nature et la volonté efficace du développement durable, malgré quelques difficultés inhérentes.

Difficultés notoires

Car comment préserver le tissus urbain tout en valorisant la reconstruction du bâti ancien ? Comment améliorer le confort thermique sans nuire au caractère des édifices restaurés ? Protéger les paysages à l’heure où l’éolien déferle sur la France ?

La réalité se heurte parfois à la modernité et aux exigences actuelles..
Bref, sur ce salon vous trouverez des réponses à vos questions, rencontrerez des spécialistes dans tous les domaines liés au Patrimoine..

27 e Edition, Salon International du Patrimoine Culturel, 300 exposants au Carrousel du Louvre, du 27 au 30 octobre.

16 Juin
2022
Vaux le Vicomte, magnificence aux cuisines !

              Cet été, les visiteurs sont invités au château de Vaux le Vicomte pour admirer une nouveauté inédite : les cuisines mises en scène par Vatel pour servir Fouquet, portrait en dessous. Vaux, l’incarnation du génie du grand siècle. 


 

                Vatel n’est pas le cuisinier qu’on croit, il fut mieux que cela ! Un magicien, vrai chef d’orchestre, au service de la table de son maitre Fouquet pour servir le roi de France Louis XIV. Il contribue par son génie au raffinement du grand Siècle.

Et pour se faire, les cuisines ont été magnifiquement restaurées, la table dressée pour proposer « l’ambigu » .

Kesako l’ambigu

                  Le mot désigne un souper-collation où tous les mets chauds et froids, sucrés et salés sont présentés sur une vaste table, dans une harmonie parfaite bien faite pour surprendre l’invité, le séduire, lui donner envie face à tant de merveilles. S’y ajoute un jeu de lumière par les girandoles, les luminaires de bougies et autres bougeoirs, chandeliers et bras de lumière. Et la vaisselle précieuse, la verrerie en cristal, l’argenterie, les nappes… De quoi forcer l’admiration et impressionner les convives. C’est ce qui arriva aux 600 invités de la réception de Nicolas Fouquet le 17 aout 1661 qui se pressaient autour du roi et de la reine Anne d’Autriche. Au plaisir de l’oeil et du palais, s’ajoutait celui émanant des 24 violons disposés alentours

L’historienne de la gastronomie du Grand Siècle, Dominique Michel

                   A beaucoup contribué à la réussite de ces mises en scène gastronomiques. Le visiteur se plonge dans les coulisses de la fête et écoute tout surpris et ravi, le discours du comédien, incarnant Vatel. Il explique ses créations, des idées, son audace pour éblouir le roi et la cour. L’enjeu est de taille, il s’agit pour Fouquet, d’honorer le roi par sa mugnifence ! Et voilà le grand Vatel qui répète… Bruit, odeur, brouhaha, exclamation, bruit de couteau qui tranche, coupe et dissèque, volailles, cochons, perdreaux, sangliers ou chevreuils.

L’oeil se perd dans la montagne de marrons glacés, les pyramides d’écrevisse, les monceaux d’huitres fraiches.

« Par leur luxe et par leur opulence, ces ambigus traduisent la richesse et la grandeur du maitre de maison » explique Dominique Michel.

Le génie de Vatel

                Par sa créativité, son sens de l’harmonie des mets et des saveurs, François Vatel contribua largement au cours du XVII e siècle, au développement de l’art culinaire et du service à la française. Il fut un maitre d’hôtel remarquable, créant des fêtes gastronomiques inégalées par le jeu des alliances, présentation et audace culinaires. Confident et homme de confiance de Nicolat Fouquet, il veillait aux achats, aux réserves alimentaires, organisant les déplacements et le déménagement des meubles, vaisselles, veillant à la conduite des travaux des diverses demeures de son maitre à Saint Mandé ou à Vaux…

         Chateau de Vaux le Vicomte:  animations pour les enfants, concours du plus beau déjeuner sur l’herbe…

Journée spéciale le 26 juin, journée Grand Siècle, venez costumé en XVIIe siècle, les danses baroques se mêlent au spectacle de mousquetaires.

Et tous les samedis soirs de mai à octobre, visite unique du chateau et des jardins éclairés à la bougie, plus de 2000 bougies

L

29 Mai
2022
Les plus beaux châteaux de France



             France, pays de forteresses, châteaux royaux, folies et autres demeures somptueuses et anciennes ! Chacune de ces maisons, d’époques différentes, de contrées variées, à l’architecture reflet de sa région, forme la personnalité de ce pays qu’on aime tant, que le monde nous envie ! Chacune de ces maisons a vu, en ces murs, s’écrire la grande Histoire de France

Dans un parti pris de simplification et de clarté, l‘éditeur , Glénat, présente la France en quatre quarts, chacun s’ennorguissant d’un patrimoine architectural magnifique. La sélection des maisons a dû être compliqué tant la France compte de milliers de châteaux répartis sur le territoire.         Les quarts définis, une douzaine de logis est présenté clairement, illustrée de photos pleine page magnifiques qui n’omettent rien des détails. Ce sont les maisons les plus spectaculaires qui ont été retenu, telles que Versailles, la Roche-Guyon, Uzès, Tanlay ou Anjony. Au total une cinquantaine qui nous font rêver !

Cap Nord-Ouest

Saviez-vous que Rambures, entre Picardie et Normandie, fut construit au XVe siècle, vrai joyau de l’architecture militaire. Villandry, à proximité de Tours, l’un des derniers grands châteaux  de la Loire édifiés pendant la Renaissance, est aussi reconnu pour la renommée de ses jardins.

Et Chambord, cette maison immense voulue par François Ier qui ne compte pas moins de 400 pièces, 77 escaliers, 282 cheminées… A sa mort, le château est inachevé, Louis XIV saura lui redonner son lustre et Louis XV le mettra à la disposition de son beau-père Stanisals Leszczyski, roi détrôné de Pologne  qui y réside de 1725 à 1733.

Et encore Amboise, Chenonceau, Ussé, Harcourt…

Cap Nord-Est

Un des plus fameux monuments privés de Lorraine, est Haroué vrai palais construit en pleine campagne. Il est resté depuis sa construction la propriété de la famille Beauvau-Craon.

Tournant les pages de ce magnifique livre, nous tombons sur Bazoches, le grand Vauban, ingénieur militaire, y vécu et travailla aux plans de plus de trois cent ouvrages fortifiés.

Et Tanlay qui fut édifié par la famille des Courtenay, puis François d’Andelot converti au calvinisme qui reconstruit la maison en conservant les douves de l’ancienne forteresse médiévale. Véritable joyau architecturale situé en Bourgogne, Tanlay est à lui seul, une page de l’histoire de France.

Et encore Fléville-devant-Nancy, Montmort, La Rochepot, Vaux le Vicomte…

Cap Sud-Ouest,

A proximité de la Tardoire, La Rochefoucauld dresse fièrement ses tours  vers le ciel bleu. Depuis la fin du Xe siècle, la présence de la famille éponyme y  est attestée. Au fil des siècles, les différents propriétaires eurent à cœur de conserver et d’embellir la maison, malgré des moments de disgrâce comme sous Louis XIIIe ou pendant la Révolution française. Les actuels descendants  envisagent la reconstruction du donjon partiellement effondré au XIXe siècle.

 

                    Roquetaillade, composé de deux forteresses du XIIe siècle et du XIX e siècle. Au XIX e siècle, les héritiers décident sous le Second Empire de le moderniser. Ils font appel au célèbre Viollet-le-Duc qui en fera des merveilles !

Et aussi les châteaux Cathares, Foix, Murol, Touffou…

Cap Sud-Est

En bordure de l’Ardèche, se niche le village de Vogüe. En son sein, le castrum du Moyen-Age est peu à peu remanié, enjolivé, notamment par Raymond de Vogüe au XIIIe siècle, véritable fondateur de la puissance de la famille. En 1629, le roi Louis XIIIe , s’en revenant du siège de Privas, y est accueilli. Après la Révolution qui voit le château saisi, Léonce de Vogüe le rachète en 1840. Il le confie à une communauté religieuse qui y installe une école.

Et Grignan, entre Drôme et Vaucluse, associé pour l’éternité à la marquise de Sévigné, belle-mère du comte de Grignan.  De la forteresse bâtie au XIIIe siècle, Grignan devient château d’agrément  et splendeur de la Renaissance au XVIe siècle sous l’influence  de Gaucher Adhémar de Monteil.

Et aussi Vizille, Uzès, Collioure, Ansouis, Lourmarin..

La France des plus beaux châteaux, Glénat, 35,50 €