17 Déc
2021
Plats du terroir au jardin du Luxembourg

Le restaurant  la Table du Luxembourg


       Au  cœur du jardin du Luxembourg, la Table du Luxembourg vous ouvre grand ses portes. Des plats comme bourguignon, purée, pot au feu et autres choucroute ou tian de légumes, vous réchaufferont en ces frimas. Venez et goûtez !

Petite pluie insinueuse, vent glacé, temps gris et maussade sous un plafond bas, vite réfugiez-vous dans cet estaminet chaleureux qui fleure bon les plats d’antan,  après la promenade au jardin battu par les vents.

Ici ce ne sont que poulet fermier rôti au thym à la purée de pomme de terre maison, rognons de veau à la moutarde, côte de bœuf au gratin dauphinois, coquilles Saint Jacques somptueuses…. Les entrées sont de même farine : magnifiques escargots de bourgogne, soupe crémeuse au potimarron avec débris de chataignes revenues, ou  et, car tout est dans la sélection, huitres spéciales N°3 d’Arcachon, toutes fraiches sorties de l’eau.

 

Et saveurs sucrées


Pour les becs sucrés,  tarte au chocolat noir aux noisettes et glace noix de coco, tarte tatin, profiteroles sauce chocolat chaud…l’amateur sera tout réjoui de ces pâtisseries, entremets et autres confiseries finement sucrées.

Bref, le chef étoilé  Philippe Renard réchauffe les cœurs comme les palais, les deux allant souvent de pair. « J’ai souhaité, explique t’il dans une interview, une carte qui répond aux envies d’une clientèle familiale de quartier, mais aussi aux touristes en recherche de gastronomie française, nombreux dans le jardin. Pour les étudiants, poursuit-il, j’ai prévu un menu gastro-économique ainsi qu’un service de vente à emporter…J’organise aussi un  « brunch du dimanche » afin de permettre la « dégustation d’un peu tout » ces produits sélectionnés avec amour, en toute liberté autour d’un large et gourmand buffet… »

Soyez donc entendu Chef !

Informations pratiques – La Table du Luxembourg

Accès par toutes les portes du Jardin du Luxembourg

Accès le plus proche : Porte Fleurus – 7 rue Guynemer Paris 75006

Horaires d’ouverture : Le restaurant suit les horaires d’ouvertures du jardin qui fluctuent en fonction de la saison (https://www.senat.fr/visite/jardin/index.html)

 

 

 

14 Déc
2021
A Fontevraud, un musée ou une conversation ?!

                Fontevraud, écrin de plus de 800 ans, en son cœur, un monument appelé Fannerie, qui héberge sur trois niveaux une exceptionnelle collection donnée par Léon et Martine Cligman. Un lieu magique ou l’intuition de Dominique Gagneux, conservateur en chef, révèle la beauté de chaque œuvre.

       « Inviter le visiteur à un voyage de sensations  avec la découverte d’œuvres de natures diverses…, rassemblées par un regard commun. » explique Dominique Gagneux, conservatrice en chef du patrimoine et directrice du musée d’Art moderne de Fontevraud.

      Car dans ce parcours muséal, dans la disposition des statuettes, tableaux et autres objets antiques ou extra-occidentaux, rien n’est au hasard, tout est pensé et voulu par la directrice, dans un souci de dialogue cohérent, de conversation presque intime entre les œuvres.

Dialogue imaginé

    Ainsi,  voit-on rapproché grâce à la sensibilité de Dominique Gagneux, un dignitaire sumérien et une peinture de Maurice Martinot, une statue japonaise et  un saint du Moyen-Age, une tête égyptienne et un portrait de Van Dongen…Et ces conversation thématiques laissent pantois d’admiration les visiteurs. Mais, la directrice ne se laisse pas enfermer, qui joue aussi des associations inédites, des conversations thématiques, des rapprochements dissociatifs  ..
Il fallait trouver une clé , elle a trouvé La Clé.

Déjà, le choix de l’endroit, une Fannerie.

       Les fondations de cette Fannerie,  située dans la cour d’honneur  de l’abbaye, datent du XIIe siècle, reconstruit à la fin du XVIII e siècle par la dernière abbesse Julie d’Antin. C’est là, à l’étage, que le foin était remisée. L’abbaye servit ensuite pendant longtemps de prison et c’est dans la Fannerie que l’on stockait le grain, puis, dès 1828, le rez de chaussée accueillit les fours de la boulangerie. La prison fermera ses portes en 1963. Douze  ans plus tard, l’abbaye devient Centre culturel de l’ouest et résidence d’artistes. En 2018, la Fannerie est officiellement décrétée lieu d’affectation de la collection Cligman.

Constituée depuis plus de soixante ans,

       


La collection recèle des peintures, dessins, sculptures des XIX e et XXe siècle et aussi des antiquités et des objets d’art extra-européens. Une collection d’un grand éclectisme, surtout figurative.

                   « Les objets de cette collection, poursuit Dominique Gagneux, trouveront leur place dans un principe d’accrochage qui autorise toutes les combinaisons : les espaces sont conçus pour que puissent se faire et se défaire conversations, dialogues, conciliabules et autres connexions. Le musée pourra accueillir toute interprétation de la collection comme une partition musicale où les variations seront multiples et révéleront des affinités électives de tous ordres ».

Musée où l’œuvre d’art est valorisée pour ses qualités intrinsèques


    « Souhaitons, termine t’elle, que ce nouveau musée puisse suggérer une relations aux œuvres souvent inconnue du public et qu’il pourra s’approprier, inciter ses visiteurs à libérer leur regard, à identifier un rapport à l’œuvre d’art très personnel, qui pourra être la démarche de tous. » .

  Bref, gageons que ce musée, original dans son approche  libre et intuitive, ouvrira les yeux des visiteurs sur une disposition à nulle autre pareille qui magnifie chacune des œuvres !

www.fontevraud.fr

15 Nov
2021
Colombelle, un côtes de Gascogne fier de l’être !

         Reconnu dans le monde entier depuis plus de 30 ans, ce vin  blanc sec aromatique épouse avec bonheur toutes les cuisines, de la France à l’Inde ou au Maroc. Ollé !

     Les vins de Gascogne sont fort appréciés depuis de longues années et à juste titre ! Le Colombelle, signé Plaimont, en est un produit phare, fameux depuis plus de 30 ans.

    Cette année, le millésime 2021, tient haut l’affiche avec une étiquette très révolutionnaire : Belle et Rebelle, Marianne tient la plume et attire l’œil avec son esprit frondeur, parée de jaune, effleurée de rouge, dans l’esprit « Collage Edition ». Une réussite visuelle qui veut traduire l’expression aromatique vive et dynamique sur le palais !

A majorité de colombard

         Le cépage fameux de ce vin blanc, Colombelle offre à l’œil une robe jaune pâle à reflets verts. Son nez est assez puissant traduisant une belle complexité qui révèle toutes ses nuances en bouche. Pamplemousse, fruit de la passion…la richesse aromatique dévoile au final, une touche croquante et citronnée.

         Vous le dégusterez à l’envi, à l’apéritif avec des bouchées marines, des toasts avocat-pamplemousse, une sautée de gambas, un poisson mariné et même une salade  de fruits de saison. N’oubliez pas avec la cuisine asiatique à base de  nem, potage ou riz gluant. Variez les saveurs pour variez les bonheurs !

Colombelle 2021 Belle et Rebelle Collage Edition, Plaimont, 5,90 € chez les cavistes.