Cuisinez les fleurs, bonne idée !
25 Avr
2018


Que voici un joli livre, « la Cuisine des Fleurs » ! Car oui, les fleurs se mangent délicatement en version sucrée ou salée pour le plaisir du palais !

Pas moins de 42 recettes joliment illustrées pour cuisiner bucolique grâce à Christine Legeret, styliste culinaire. Et oui, les fleurs sont comestibles. Bien qu’il faille lire les recommandations qui débutent le livre : ne dégustez jamais les fleurs venues d’un fleuriste, elles sont fortement traitées. Choisissez-les dans une épicerie spécialisée ou cueillez-les le matin à la fraiche.

Une fois achalandé de capucine, pensée, lavande , sureau ou bleuet.. à vous les recettes comme le muesli fleurs séchées et coulis d’hibiscus, un délice plaisamment parfumé. Le pancake à la fleur d’oranger avec pensées et bleuets est délicieux avec une tasse de thé. Une salade de fruits au sureau qui fleurit de mai à juillet, change tout et termine agréablement un repas. A concocter les fleurs cristallisées au sucre, une tarte lemon aux hibiscus, un chocolat aux fleurs séchées.

Côte salé, essayez donc les crevettes au lait de coco infusé à l’agastache, le carpaccio de boeuf à la fleur d’hibiscus, le ceviche de daurade au sureau..

Bref, une jolie variété de recettes délicieuses et amusantes qui épateront vos amis.
A la faveur de cet ouvrage, vous découvrirez des fleurs peu connues, comme la monarde une fleur rouge, la fleur de ciboulette, l’agastache, la bourrache, la tagète, l’oeillet d’Inde, l’ail des ours, le muflier.

Bref, courez-vous procurer ce livre amusant et printanier !

La cuisine des fleurs, par Christine Legeret, Marabout, 11,90 €.

70 ans d’existence au théâtre de la Huchette, mazette !
15 Avr
2018


Et pour la fêter, le théâtre propose une comédie musicale enlevée, joyeuse et endiablée, Comédiens !, à voir avec bonheur !

L’histoire : fin des années quarante, trois comédiens, Pierre, Coco et Guy, répètent une comédie musicale, «  Au diable vauvert ». Ils viennent de province et se réjouissent de cette chance, jouer en plein Paris leur spectacle. L’ultime répétition se déroule devant nous, mais peu à peu la tension monte, devient palpable…Et quand le rideau monte, un acteur manque, Pierre. Les deux comédiens, Coco et Guy doivent improviser.

Cette pièce s’inspire d’une histoire vraie et d’un opéra lui-même inspiré d’une histoire vraie : en 1892, une troupe itinérante de comédiens dont le directeur, fou de jalousie confond son rôle de mari battu avec la vraie vie, allant jusqu’à tuer sa femme infidèle en peine représentation.

Samuel Sené qui met en scène et dirige magnifiquement les trois acteurs, explique 

– « Nous allons jongler avec les codes du théâtre musical alternant les numéros chantés et dansés du vaudeville avec des numéros musicaux supposés improvisés des comédiens…Ces allers-retours seront limpides par la scénographie et le jeu des acteurs et entraineront le spectateur dans un ouvrage follement divertissant montrant les coulisses d’une comédie musicale mais glissant imperceptiblement de scène en scène vers un drame glaçant ».

Et c’est vrai que l’on est entrainé par le jeu des acteurs. Marion Preité dans Coco, ravissante, virevoltante, joyeuse et assez innocente dans son attachement sincère à Pierre. Ce dernier, Fabian Richard dans la vie, sûr de lui, dirigeant les deux, de plus en plus sombre, devient inquiétant progressivement. Guy ou cialis 20mg Cyril Romoli, nature et docile, écoute et obéit..

Le drame se noue peu à peu, sous les chansons et la danse. Un exploit vu la taille si ténu du plateau !`

Bref, cette pièce est magnifique, sensible et merveilleusement jouée.

Comédiens ! Théâtre de la Huchette, du mardi au vendredi à 21h, samedi 16h et 21h, réservation indispensable au 01 43 26 38 99 entre 16 et 22h.

La Huchette, 23 rue de la Huchette 75005 Paris.

 La pomme de terre Rétaise fête ses 20 ans d’AOP
28 Mar
2018

Le printemps venu, la pomme de terre primeur montre son «nez ». Elle bénéficie depuis 20 ans, d’une AOP, la première décernée à une pomme de terre. Profitons-en dés maintenant !


Depuis le XVIIIe siècle, l’ile de Ré et la pomme de terre constituent une belle union. Le tubercule profitant largement d’un ensoleillement exceptionnel, d’une douceur inégalée et de producteurs efficaces et talentueux. Et que dire de ceux qui la mettent en musique, les chefs de l’Ile sacrément doués ! Du coup, depuis 1998, une AOP bien méritée est venue la récompenser et la valoriser.

Les producteurs, une vingtaine regroupée en coopérative, l’élèvent en agriculture raisonnée pour le meilleur du terroir et de l’environnement. 2 000 tonnes sont ainsi récoltées, sur 120 hectares plantés, soit environ 2% de la production française de pommes de terre.

Dés le mois de mai, ce légume tant apprécié arrive sur les étals et les amateurs gourmets se précipitent. Certains lui trouvent un goût beurré, d’autres de fruits secs ou des notes sucrées ou salées, selon…Ses textures sont fondantes ou fermes selon les variétés.

Mais au fait, qu’est ce qu’une pomme de terre primeur ?

Alors, notez bien : sa peau se détache toute seule, sa chair est délicate et tendre, sa tenue à la cuisson est impeccable, un petit goût sucré peut la distinguer, des parfums de pain, fruits secs et beurre la caractérisent. Primeur veut dire qu’elle est récoltée avant sa maturation complète, la peau fine se détache par simple grattage, il s’agit d’un produit frais. Les variétés s’appellent l’Alcmaria, la plus emblématique, son goût est unique. La Charlotte d’une excellente qualité gustative, la Léontine, dernière arrivée, est allongée, couleur jaune clair et ferme.

Bref, précipitez vous, en sus, elle est excellent pour la santé. Qu’on se le dise !

Plus d’info : www.ilederepommedeterre.com.